Les origines - Musée du Sceau

Aller au contenu

Menu principal :

Les origines

Histoire du Sceau

Les origines des Sceaux

Les premiers véritables sceaux apparaissent vers le quatrième millénaire sous forme de cachets gravés en creux, en  Mésopotamie, en Egypte et dans la vallée de l'Indus. D'après les égyptologues anglais Newberry, Percy et Scrabs, le mot de l'égyptien ancien désignant le sceau signifie " fermer ". A l'origine, le sceau a servi à garantir une fermeture. Le fait de fermer une lettre ou un document en le munissant d'un sceau, interdisait à toute personne étrangère de prendre connaissances de son contenu. Les documents ainsi fermés sont plus anciens que ceux authentifiés par un sceau. Quand le document scellé contenait un ordre, le sceau donnait légitimation à son destinataire. Le sceau devient symbole. Newberry a pu déterminer trois usages du sceau dans l'Egypte ancienne :

     For security : garantir la sécurité
     For authenticating : authentifier des documents
     For transference of authority : pour transmettre un pouvoir


Pour avoir une valeur, le sceau devait porter un signe, une marque facile à reconnaître par le destinataire. Le mot latin sigillum qui devient Siegel en allemand, sigillo en italien, seal en anglais et sceau en français, est dérivé de signum, qui signifie, le petit signe, la petite marque. On peut le rapprocher de secare, couper. Les premières marques faites par les hommes pour marquer la propriété ont été des signes gravés, coupés dans le bois des bâtons, des outils. Ces signes furent probablement les premiers sceaux.

Tous les peuples de l'Antiquité connaissaient l'usage des sceaux. Dans la Bible, de nombreux passages y font allusion. Hérodote, de son côté, note qu'à Babylone " chacun possède un sceau et un bâton ouvragé, orné d'une pomme, d'une rose, d'un lys ou d'un aigle".

Nombre de ces sceaux ont été conservés ou plutôt retrouvés. Ils sont de forme cylindrique (sceaux babyloniens par ex.) ou en forme d'anneaux (annuli signa). Ils étaient gravés dans des matières telles que l'or,  des faïences, des intailles ( pierres semi-précieuses gravées en creux),  le porphyre, le lapis-lazzuli, parfois dans de l'os ou de l'ivoire. Les Romains, grands amateurs de pierres précieuses, possédaient si nous en croyons Pline, des sceaux taillés dans des matières telles que le beryl, le topaze, l'émeraude, l'opale, entre autres.



Retourner au contenu | Retourner au menu