Les Sceaux au Moyen-Age - Musée du Sceau

Aller au contenu

Les Sceaux au Moyen-Age

Histoire du Sceau

 

   Le Moyen-Age et la réalisation des sceaux


L'usage des sceaux en forme d'anneaux s'est perpétué à travers  le Moyen-Âge  jusqu'à nos jours. Souvent au bas des chartes de l'époque mérovingienne on peut lire : " Annuli nostri impressione sigilari jussimus " c'est-à-dire " Nous avons ordonné qu'on scellât cette charte en y impriment notre anneau " ou quelque formule analogue. Les Carolingiens seront les premiers à se servir d'autres sceaux. Ils deviendront pendentifs, et le mot " annuli " disparaît, remplacé de plus en plus souvent par le mot " sigilum ". La taille des sceaux augmente,  les formes changent et se diversifient. Chez les rois de France, le chancelier, gardien du sceau de l'Etat, le porte à son cou.

La réalisation d'une matrice comprenait plusieurs étapes essentielles. On commençait par graver un positif. Là dessus on coulait le métal, dont on supprimait les imperfections à la lime et au poinçon. Ce travail de graveur, particulièrement délicat, était en général réalisé par des orfèvres, parfois par des moines ou des Juifs. On faisait parfois appel à des artistes connus pour dessiner les sujets des matrices. On en possède de Dürer pour le maître Jan de Bruxelles.

Ce sont cependant les empreintes qui sont arrivées en grands nombres jusqu'à aujourd'hui. Elles sont le plus souvent en cire, qui peut être employée telle quelle. Parfois elle est mélangée à de la poix, de la craie, de l'étoupe. Tantôt elle est vierge, tantôt colorée, le plus souvent en vert, en jaune ou en rouge. Dans certaines chancelleries la couleur indique la nature de l'acte scellé. La cire blanche, par exemple, fut adoptée en France pour le sceau royal. Le Grand Maître de l'Ordre Teutonique utilisait le noir, l'Empereur du St. Empire Romain Germanique scellait de rouge et concédait ce droit à ceux qu'il voulait particulièrement honorer.

L'utilisation très répandue, et certainement la relative bonne conservation des sceaux dans les terres anglo saxonnes font que les archives conservent à ce jour environ 5 millions de sceaux différents, mais que l'on n'a retrouvé que quelques milliers de sceaux matrices.

 

Retourner au contenu | Retourner au menu